Moto GP : Bagnaia sur le toit du monde

0
498
Pas de miracle pour le pilote niçois Fabio Quartararo © Wikimedia Commons

Le champion du monde 2021 n’a pas réussi à conserver son titre, dimanche 6 novembre, à l’issue du dernier Grand Prix de la saison à Valence. L’Italien Francesco Bagnaia remporte le titre mondial. 

Le championnat du monde 2022 de Moto GP s’est achevé ce dimanche 6 novembre à Valence. Un Grand Prix tant attendu entre les deux pilotes encore prétendants au titre de champion du monde : Francesco Bagnaia (Ducati) et Fabio Quartararo (Yamaha). Malgré l’écart de points en faveur de l’Italien (23), le jeune Niçois pouvait espérer un miracle, à condition de terminer premier et que Bagnaia finisse au-delà de la quatorzième place. Mais cela n’a pas eu lieu. À l’issue de cette course sur le circuit espagnol, le Français termine quatrième et cède la couronne mondiale à son concurrent transalpin. 

Dans les premiers tours de course, le Français et l’Italien se livrent une belle bagarre au point de se toucher sans grande gravité pour les deux pilotes. Quartararo parvient à se détacher de son rival direct et remonte jusqu’à la quatrième place. Mais le manque de puissance de la Yamaha ne le permet pas de revenir sur le trio de tête. Bagnaia, de son côté, fait sa course avec un morceau aérodynamique manquant sur sa moto. Conséquence du contact avec son adversaire Français. Il glisse jusqu’à la neuvième position, qui lui suffit pour s’assurer le titre mondial. À l’arrivée, l’Italien reconnaît avoir « vécu la course la plus difficile de sa vie ».

Suzuki : comme un symbole

Pour sa dernière course dans la catégorie reine, l’écurie Suzuki finit sa dernière course par une victoire grâce à l’Espagnol Alex Rins. L’Espagnol a mené la course de bout en bout sans jamais avoir été réellement inquiété. À l’arrivée, il s’est dit très heureux d’avoir gagné pour la dernière de Suzuki : « Pour la dernière de Suzuki, gagner est vraiment incroyable ! », déclare-t-il. Il devance Brad Binder sur sa KTM et Jorge Martin sur sa Ducati. L’équipe japonaise tire sa révérence en Moto GP au terme d’une saison difficile, sixième au classement des constructeurs.

Brad Binder, un boulet de canon

Autre acteur de cette dernière course de la saison, le Sud-Africain Brad Binder termine à la deuxième place, à moins d’une demi-seconde du vainqueur Alex Rins. Parti septième sur la grille de départ, il effectue la remontada de la course en profitant des duels et des abandons à l’avant. Très à l’aise sur sa KTM, il ne lui aurait manqué qu’un ou deux tours pour souffler la victoire à Rins. Finalement, il échoue à seulement trois dixièmes de la Suzuki mais s’offre à l’arrivée un résultat pourtant inespéré au départ (2e) : « On a travaillé dur, on s’est battu avec nos moyens », réagit Brad Binder à l’arrivée. 

Pierre-Louis BESNIER

*Ce travail a fait l’objet d’une vérification juridique et éditorial par Adrien Roche*