Élections législatives en Inde: pourquoi l’emprise de Narendra Modi risque de remettre en cause la démocratie indienne

0
26
Les élections législatives se tiendront du 19 avril au 1ᵉʳ juin. ; Crédit photo : sumitsahare (Pixabay)

Les élections législatives en Inde se dérouleront du 19 avril au 1ᵉʳ juin. Près d’un milliard d’Indiens devraient être appelés aux urnes. Le scrutin risque cependant loin d’être digne de la plus grande démocratie du monde, avec l’emprise imposée par le Premier ministre Narendra Modi sur les élections.

Les élections législatives en Inde du 19 avril vont amener près d’un milliard de personnes devant les urnes. Soit la plus grande élection jamais organisée dans le monde. Le scrutin, qui durera six semaines, va permettre d’élire 543 députés à la chambre basse du Parlement indien. Ces derniers désigneront ensuite le futur Premier ministre de l’Inde. L’actuel dirigeant indien, Narendra Modi, est candidat à sa réélection. Cependant, le tournant autoritaire pris par le Premier ministre de l’Inde remet en question le côté démocratique de ces élections législatives.

Les grands médias acquis au parti de Narendra Modi

Narendra Modi a la main mise sur les principaux médias d’Inde. Les grandes chaînes de télévision subissent des pressions par le gouvernement, qui leur dictent parfois la ligne éditoriale à tenir. Narendra Modi a donc une grande influence sur les élections via ces médias, sachant que les Indiens s’informent en grande majorité par ces canaux d’information. 


Depuis son accession au pouvoir, le nationaliste hindou a aussi petit à petit resserré la liberté d’expression, en particulier à l’approche des élections législatives. Les exemples de mainmise du pouvoir sur les médias indiens sont nombreux. Ils ont été dénoncés par différents médias d’investigation comme le journal de New Delhi The Caravan. Mais ces derniers se font de plus en plus rares à cause de la censure de Modi. Une enquête menée par le Washington Post et d’Amnesty International en décembre 2023 a également montré « que des journalistes indiens étaient ciblés par le logiciel espion de piratage Pegasus ».

Des membres de l’opposition arrêtés

Le principal objectif de Narendra Modi depuis quelques mois est de faire taire les oppositions en Inde. Pour ces élections législatives, Modi vise le score de 400 députés. Un score qui lui permettrait d’atteindre deux tiers de la chambre, et ainsi pouvoir changer la constitution comme il le souhaite. Pour cela, le Premier ministre s’est adonné à restreindre le plus possible l’opposition en Inde


Narendra Modi a tapé fort dès le début la campagne en faisant arrêter deux des leaders de l’opposition pour des supposées affaires de corruption. Dans le même temps, le suprémaciste hindou a fait geler les principaux comptes bancaires du Congrès pour éviter tout litige fiscal. Narendra Modi a aussi entrepris une opération de récupération au sein des oppositions. Une douzaine d’opposants poursuivis pour corruption ont été libérés en échange de rejoindre les rangs du parti de Modi. Une manière de ratisser encore plus large lors des élections législatives.

La population déjà en faveur de Narendra Modi

Ces actions d’ingérence renforcent les chances déjà grandes de Narendra Modi de s’imposer dans ces élections législatives indiennes. Même s’il est en baisse, la part de la population en Inde satisfaite de la politique du gouvernement est de 57%. Il est notamment de plus de 50% dans les régions urbaines, où est concentrée la base électorale de Narendra Modi.

 
La victoire semble donc déjà presque acquise pour Narendra Modi dans ces élections législatives. Un succès toutefois en demi-teinte, tant la tenue du scrutin parait entacher l’image de la “plus grande démocratie du monde” de l’Inde.

Simon Barrau