Qui est le patriarche orthodoxe Russe, considéré comme un terroriste ?

0
44
Cyrille de Moscou est la figure orthodoxe la plus puissante, il est très proche du président Russe Vladimir Poutine ©Cath.ch

Cyrille de Moscou, de son vrai nom Vladimir Mikhaïlovitch Gundyaev, est le seizième patriarche de l’Église orthodoxe russe depuis 2009. Fervent soutien de l’invasion militaire de l’Ukraine et défenseur de l’idée d’un monde russe unifié face à l’Occident, l’Estonie a décidé de le considérer comme un terroriste. Retour sur le portrait de ce chef spirituel. 

Reconnaissable à son klobouk (NDLR : couronne) frappé de trois anges, à sa barbe blanche et à ses longues tuniques, le patriarche de l’Eglise orthodoxe de Russie a été élu le 27 janvier 2009, succédant à Alexeï II. Cyrille est une figure religieuse importante en Russie et dans l’ensemble du monde orthodoxe. Son leadership s’est manifesté à travers diverses initiatives, notamment en faveur du dialogue interreligieux et de la consolidation de l’orthodoxie dans un contexte moderne et souvent complexe.

Une vie baignée dans l’Eglise

Né le 20 novembre 1946 à Leningrad (aujourd’hui Saint-Pétersbourg), Kirill est rapidement exposé à la spiritualité par son père prêtre orthodoxe. Après ses études secondaires, il poursuit ses études supérieures à Leningrad, où il étudie la théologie à l’Académie théologique.
Il est rapidement ordonné prêtre et gravi les échelons de la hiérarchie ecclésiastique. Il devient ensuite évêque assistant de Leningrad, puis, il est nommé évêque. Plus tard, il est élevé au rang d’archevêque et devient métropolite (NDLR : archevêque). Il est également employé comme agent du KGB, sous le nom de code « Mikhaïlov », ce qui n’est pas mentionné dans sa biographie officielle.
Vladimir Gouliaev devient ensuite « ministre des Affaires étrangères » de l’Eglise en 1989. Un poste qu’il saura mettre à profit.

Un homme aux valeurs définies

Sur le plan personnel, Cyrille est souvent décrit comme un homme d’une grande érudition théologique, mais aussi comme quelqu’un de pragmatique et de diplomate. Il a souvent été loué pour sa capacité à naviguer dans les eaux tumultueuses des affaires politiques et religieuses avec sagesse et discernement. En tant que patriarche, Cyrille est un ardent défenseur des valeurs traditionnelles et orthodoxes dans un monde en rapide évolution. Il a également mis l’accent sur le renforcement des liens entre l’Église et l’État russe, tout en cherchant à maintenir l’indépendance de l’Église orthodoxe russe.

Un soutien infaillible à la Russie

En tant que patriarche, Cyrille est impliqué dans des questions politiques et sociales, notamment en ce qui concerne les relations entre l’Église orthodoxe russe et l’État russe. Son influence dépasse souvent les frontières de son pays, et il est reconnu comme l’une des voix spirituelles les plus influentes de l’orthodoxie mondiale.
Depuis le début du conflit, il apporte un soutien sans faille à son pays. Il répète même régulièrement  “Que Dieu bénisse les soldats russes.”
Proche du Kremlin, le patriarche de l’Eglise orthodoxe de Russie, il est très présent en politique et dans les médias. Ce dernier reprend souvent les arguments utilisés par le Kremlin et les nationalistes pour justifier leurs désirs d’annexions. Comme Vladimir Poutine, le patriarche Cyrille fait appel à la grandeur passée slave, et réclame notamment la ville de Kiev, traditionnellement considérée comme le berceau de l’orthodoxie russe.

Gwénola Serge