Rendez-nous les émotions ! 

0
223

Des chiffres, des chiffres et encore des chiffres. Le sport est, de nos jours, gangréné par un mal viscéral qui tend à lui enlever de sa superbe. Les statistiques, les datas… Tant de données qui sont maintenant analysées sans vergogne par les spécialistes et les amateurs. Certes, il est toujours bon de les utiliser pour comparer les sportifs et leurs performances. Quoique, des fois, cela en devient ridicule. Quand Cristiano Ronaldo est devenu officiellement le meilleur buteur de l’histoire du ballon rond, le Roi Pelé en personne n’a pas hésité à rétorquer qu’il en avait marqué bien plus. De quoi raviver le débat du GOAT*. Comme si la grandeur d’un footballeur se mesurait seulement au nombre de fois où il a fait trembler les filets. L’Iranien Ali Daei, deuxième au classement des meilleurs scoreurs en sélection, est donc un meilleur joueur que Zlatan Ibrahimović ou Gerd Müller ? Vraiment ? Ces maniaques des numéros en oublient une chose. Le sport est une affaire de talent, de sensation, de tripes et les statistiques sont là pour les enjoliver. Rien de plus.

Pire encore, des entraîneurs préparent maintenant leurs matchs et justifient leurs victoires ou défaites par des données. D’après Fabien Galthier, les datas donnaient le XV de France vainqueur contre l’Afrique du Sud. Première nouvelle, les chiffres savent désormais faire un plaquage et marquer des essais. L’ancien meilleur joueur du monde a la mémoire courte. A-t-il oublié que la beauté du sport est due aux performances propres au terrain ? Était-ce grâce aux statistiques qu’il a triomphé des All-Blacks en demi-finale du mondial 1999, le plus grand exploit du rugby français ? 

Alors messieurs les mathématiciens, rangez vos calculettes, rendez-vous au stade ou asseyez-vous devant votre télé et apprenez à apprécier la beauté du sport pour les émotions qu’il procure. 

*Greatest Of All Time : Le meilleur joueur de l’histoire.

Mathieu Androdias