Les embouteillages à Nice : un calvaire quotidien 

0
279
Comme chaque matin, la sortie de la voie Mathis est surchargée. © AP

Le magazine Auto Plus a publié une étude sur les bouchons en France. Résultat ? La capitale azuréenne figure sans surprise dans le top 3 national. Un phénomène invivable pour les automobilistes.

16h. C’est le temps perdu chaque mois par les automobilistes niçois d’après l’étude publiée par Auto Plus. Elle s’appuie sur le navigateur TomTom, une référence pour les trajets. Tous les jours, des milliers d’automobilistes subissent les embouteillages à Nice. Des klaxons et des insultes se font souvent entendre. Mais pourquoi, une ville comme Nice subit autant de bouchons que Paris ? Marc Gallon, président de la section auto moto du Cavigal a son avis sur la question. « Avec cette période de travaux, c’est vrai qu’il y a une hausse des bouchons. » Interrogé sur la Coupe du monde, il répond rapidement « Non, il n’a pas fallu attendre le rugby pour voir des bouchons. » Pour lui, « la réponse réside dans un parc automobile assez grand, comme toutes les grandes villes qui s’étendent. Les gens se déplacent avec leur véhicule personnel. » Les autres villes occupant les deux premières places du podium sont, Paris avec 16h03 en moyenne d’attente et Marseille avec un record à 17h49. Sans surprise, les moments de fort trafic sont aux alentours de 9h et 18h. Si l’on compare ces chiffres à ceux de l’année 2022, il est possible de constater une augmentation de près de 30 minutes. Une perte de temps qui n’a sans doute pas fini de faire râler les niçois.

Les transports en communs, la parade ?

S’il y a trop de voitures, pourquoi ne pas simplement prendre le bus, le tram ou le TER. « Pas aussi simple », répond un automobiliste. « Quand vous habitez dans l’arrière-pays niçois, peu de transports en communs vous desservent, c’est encore pire quand vous avez des horaires de travail décalés ». Charly Julien, représentant des Ecologistes des Alpes-Maritimes, apporte quelques solutions. « Oui, c’est un réel problème qui touche notre territoire et pollue énormément. Il faut arrêter le tout bagnole et développer une politique de transports en communs, des pistes cyclables… » Touché par l’inflation, les Français préfèrent tout de même prendre leur voiture moins chère que les autres solutions proposées par la ville. À ce sujet, il s’insurge « La mairie fait tout pour ne pas inciter à utiliser les services à disposition en augmentant les tarifs de manière exponentielle. Le ticket a augmenté de 70 %, l’abonnement, lui, est 98,5€ plus cher ! » Pour des raisons pratiques, ils sont encore nombreux à prendre leur voiture, car des secteurs proches de Nice ne sont pas encore desservis. Une situation déplorable selon ce représentant « On ne peut même pas aller à Carros, c’est inadmissible ! Le réseau actuel n’est pas capable de supporter cela. Si on veut vraiment diminuer le trafic routier, il faut des tarifs attractifs et un réseau plus développé où l’on peut se déplacer librement. » De son côté, la mairie de Nice a annoncé la construction d’une cinquième ligne de tram reliant le palais des expositions à Drap. Un service qui permettra peut-être de laisser quelques voitures au garage. 


Les bouchons, un facteur risque pour la sécurité routière

Tous les automobilistes connaissent cette sensation, celle d’être arrêté au milieu d’un bouchon alors qu’on est déjà en retard de cinq minutes au travail. Le réflexe ? S’énerver. Il a été démontré que les embouteillages pouvaient être plus dangereux. Des comportements agressifs amènent bien souvent à des accidents de la circulation, avec les deux roues qui remontent les files par exemple. Autre comportement courant, celui de l’ennui dans un embouteillage. Cela vous pousse à prendre votre téléphone, le temps de réaction est alors multiplié par quatre.


Arnaud Pottier