Les terroirs français s’invitent à Nice

0
224
Le salon authentique des vins et de la gastronomie était au palais des expositions du 3 au 5 novembre 2023. (© Téo SCHUMER)

Le Palais des expositions de Nice accueillait le salon des vins et de la gastronomie durant trois jours. Florilège de quelques produits d’exception français.

Vins, spiritueux, charcuteries et fromages d’exception étaient au programme de la deuxième édition de Terravini, le salon authentique des vins et de la gastronomie, à Nice. L’événement se déroulait du 3 au 5 novembre, au palais des expositions Acropolis. 80 producteurs présentaient leurs produits aux curieux niçois dans l’objectif, promet le prospectus, de « continuer à faire rayonner l’authenticité du goût sur la Côte d’Azur ».
Le salon ouvre ses portes à 10 h. Un verre à vin est remis à l’accueil au prix de 3€. Ensuite s’amorce une promenade sur tapis rouge à travers les allées colorées par la multitude de spécialités régionales ici réunies. Les boîtes de caviar bleues marine, le jaune des foies gras qui flashe en haut de leurs boîtes, le rouge sombre des vins dont on imagine le goût au-delà du verre. « Ça seng déjà l’apéro dit ! » Entend-on au loin. Le parfum laiteux de la tome de brebis corse envahit déjà le nez des quelques visiteurs à peine arrivés. La charcuterie arrive après. Lonzo, Coppa, saucisson de sanglier, de porc. « Qu’est-ce que ça sent bon ! » ; « Ça sent la ferme » ; « Regarde les épices ! (…) Et regarde le magret de canard ! » Les premiers coups de couteau se font entendre sur les planches de bois de chêne, prêts à tailler de petits morceaux de saucisson fins dont l’arôme reste au palais jusqu’à la bouchée surprise du prochain stand. Les Bordeaux, beaujolais et autres crus rouges s’entrechoquent à leur sortie de carton et le bruit du bouchon tiré du goulot réconforte qui l’entend à travers l’espace. « Ce que nous préférons, c’est le bon vin avec le bon fromage qui va avec ! », sourient Rocco et Marie Jo, des retraités de Vallauris qui n’auraient manqué l’événement pour rien au monde.

Flâner et déguster

Les producteurs interpellent les passants pour goûter leurs produits. L’un d’eux, Stéphane Descoubet, est producteur dans le Gers depuis six générations. Sa spécialité, c’est le foie gras de canard, qu’il s’empresse gaiement de faire déguster aux flâneurs sur un morceau de pain.
« C’est un foie gras mi-cuit. Il est fondant et a bonne teneur en bouche », précise l’exploitant derrière son son stand. En face, Scarlette Le Corre, originaire du Finistère, propose des produits de la pêche qu’elle transforme elle-même en plusieurs variantes originales. Du tartare marin à l’ail et au curry, de la moutarde aux algues, ou encore son fameux caramel beurre salé aussi composé d’algues, qui absorbent le sucre et en allègent ainsi la teneur. Bref, « je récolte, je transforme, puis je m’amuse dans la vie ! » s’égaye-t-elle. Du côté des vins, Gabriel Hugues est propriétaire du domaine viticole Château Floris, dans les Pyrénées-Atlantiques. Les spécialités de la maison sont les vins rouges et blancs. Gabriel montre ses favoris. « Le Saturne est un blanc très doux et peu sucré mais très aromatique. Tandis le Pachirenc est un blanc assez puissant mais pas agressif », explique-t-il avec passion.

Un salon d’exception

A Nice, le salon porte le nom de Terravini, entendez « terre » et « vin ». Mais dans sa propre entité, c’est SAVIM, le salon des vignerons de Marseille. Il est reconnu pour la qualité de ses produits et de ses producteurs. Et pour cause, ces derniers sont soigneusement sélectionnés en fonction de leurs garanties de qualité. Conditions sine qua non pour contracter un partenariat. « Nous ne faisons des collaborations qu’avec des vignerons, propriétaires, récoltants, des éleveurs », détaille Florent Colonna, le fondateur et organisateur de l’événement, présent à Nice que depuis deux ans. Avant, il avait du succès à Paris, et encore plus à Marseille. « On nous a supplié de venir à Nice. Aujourd’hui c’est fait, les exposants en sont ravis, et les visiteurs aussi. »

Téo SCHUMER