UN FREEZE TRÈS CHAUD

0
94

Mercredi 22 novembre, le concert de Freeze Corleone, jeune rappeur français, prévu pour samedi 25 novembre au Zénith de Paris, a été annulé par la préfecture de police de Paris. Un verdict rendu deux mois après la sortie de son dernier album : Attaque des Clones. Si Freeze Corleone continue de faire du Freeze Corleone, il a depuis son dernier album affiné sa plume au point de l’aiguiser.

D’incisif à chirurgical. Dans son précédent album (la Menace Fantôme), Freeze Corleone commence par le titre Freeze Raël, un titre fort avec beaucoup de punchlines problématiques, notamment l’une des premières phrases : “ Fu** ces nè**** comme Israël”.

Dans cette nouvelle production musicale, Freeze attaque, mais semble plus mesuré. Dans le son Shavkat, le plus controversé, l’artiste lance “je préfère être accusé d’antisémitisme que de viol comme Gérald Darmanin ”. Cette référence n’a rien de diffamatoire puisque fondée. Il en va de même pour “Fu** ces né**** comme Christophe à l’OGC Nice” en référence aux propos racistes tenus par Christophe Galtier en avril dernier.

Freeze dénonce

Mais Freeze questionne aussi. Sur le titre suivant, le rappeur interroge “demande-toi pourquoi en France, on protège les violeurs et les pédophiles”. Derrière cette question au caractère complotiste, directement posée à l’auditeur, une remise en question du système judiciaire français apparaît. Il arrive que des condamnations pour des délits types trafics de drogues, vols… soient plus lourdes que des affaires de pédophilie, d’agressions sexuelles ou de viols. Ce qui peut sembler parfois illogique.

Freeze rassure

Freeze rappelle, en diffusant au cours d’une musique, des enregistrements d’interviews d’autres artistes francophones ayant des propos similaires aux siens. Notamment, Le Roi Heenok, vieux rappeur québécois utilisant la provocation comme fonds de commerce : “ Je lis la Torah comme les livres de la Gestapo”, “ pour moi y’a de l’amour pour toutes les pu***** d’races”. Le jeune chanteur montre que la provocation est un marché lucratif dans le domaine du divertissement.

Freeze innove. Il entonne la huitième chanson sur un style d’instrumentale old school (de la vieille école) appelé Boombap. Il démontre ainsi l’étendue de son talent, car c’est une nouveauté pour cet habitué de la Drill (genre musical agressif au rythme soutenu), sur lequel il a construit sa renommée.

Un succès en partie dû aussi aux provocations maîtrisées, presque signatures de l’artiste.

La provocation toujours au rendez-vous

Encore un 11 septembre ! Ce qui avait énormément fait couler d’encre en 2020, s’est reproduit cette année. En référence aux attentats du 11 septembre 2001, le rappeur sort ses albums par habitude à cette date. De nombreux extraits de journaux ou plateaux télévisés qui incriminent les propos de Freeze Corleone dans son précédent album, sont disséminés dans l’album. Il démontre ainsi qu’il maîtrise ce qu’il fait et que les réactions provoquées sont désirées. Seul un enregistrement de Roselyne Bachelot s’exprimant devant l’assemblée en 2020 à son sujet, évoque un “talent indéniable”, malheureusement mis au service de “ propos absolument inqualifiables”. Une deuxième partie que le rappeur a préféré oublier lorsqu’il salue ironiquement l’ancienne ministre en disant “ Talent indéniable S/O Roselyne”, dans le titre L’homme méthode (S/O vient de l’anglais Shout out qui signifie : pensée à, dédicace).
Si tu n’es pas avec moi, tu es contre moi”, une réplique de Dark Vador dans “la revanche des Sith”, que l’artiste controversé utilise en véritable étendard.

L’album s’appelle l’attaque des clones comme un pied de nez à toute la presse qui s’est abattue sur lui d’un seul mouvement et qui, au final, en a fait un martyre aux yeux de son public. Ce qui explique que chaque nouvelle production rencontre un succès notable dès sa sortie, comme le montre le classement des cinq chansons les plus écoutées de Freeze Corleone sur Spotify où quatre proviennent du dernier album.

Francis Quarrit