mercredi 8 février 2023
spot_img
AccueilSportLe ski : une pratique démodée chez les jeunes

Le ski : une pratique démodée chez les jeunes

Une activité trop chère voire ringarde… Les 15-25 ans sont de moins en moins nombreux à se retrouver sur les pistes de ski. Face à ce constat, les stations tentent d’innover pour reconquérir cette partie de la clientèle.

Quand Noël approche, l’hiver est de retour… et les vacances aussi. Une période qui rime généralement avec les sports d’hiver. Mais en réalité, les « vacances au ski » ne concernent que peu de Français : moins d’une personne sur dix fréquente les stations d’altitude chaque année. Un chiffre surprenant et d’autant plus marqué chez la catégorie « jeune » de la population. D’après une enquête menée par l’agence PopRock, une personne âgée entre 15 et 25 ans sur deux n’est « jamais allée au ski ». D’une manière générale, les jeunes se désintéressent de plus en plus de la pratique des sports d’hiver. Leur proportion sur les pistes a chuté de 20 à 14% depuis 1995, selon le Comité régional du tourisme Auvergne Rhône Alpes.

Source : Crédoc – Données 2010. Graphique réalisé sur Infogr.am par C. Beaume

La première raison de ce désintérêt croissant : le coût financier. « Le ski est une activité de riches », peste Cyann, étudiant lyonnais de 22 ans. « Entre le logement, la location du matériel, le forfait et le transport, ça revient vite très cher. J’adore skier, j’en ai déjà fait plusieurs fois mais c’est clairement au-dessus de mes moyens ». Les jeunes sont également à la recherche d’activités « d’après-ski », d’endroits pour faire la fête, qui se trouvent essentiellement dans les grandes stations, où tout est plus cher. Par exemple, pour un forfait d’une journée de ski aux Deux Alpes (Isère), comptez 52.50 € à plein tarif et 48.50 € (!) pour un étudiant. Avec les autres postes de dépense, l’addition peut vite revenir très salée (le coût moyen d’une journée de ski est évalué à 120€ environ).

Source chiffres (2019) : Domaines Skiables de France – Graphique réalisé sur Infogr.am par C. Beaume

Redonner le goût de la glisse aux jeunes

Le désamour des jeunes pour les sports d’hiver demeure plus complexe qu’une simple question de prix. « Avec l’explosion de l’offre du loisir sportif et culturel, le séjour à la neige est devenu une activité parmi tant d’autres pour les jeunes », estime Éric Bouchet, directeur de l’office du tourisme des Deux Alpes, pour l’AFP. Les stations tentent, alors, de dynamiser et moderniser leur offre, pour séduire de nouveau cette partie de la clientèle. Enseignement du ski freestyle dans les écoles de ski, création de snowparks « connectés », organisation de festivals, clubbing en haute altitude, les exemples ne manquent pas pour illustrer cette nouvelle politique. Surtout, les stations ont largement investi les réseaux sociaux, terrain de jeu favori de la jeune génération. « L’idée est de mettre la montagne en scène et de valoriser tant son côté espace naturel que parc d’attractions », justifie François Badjily, directeur de l’office du tourisme de l’Alpe d’Huez (Isère), auprès de l’AFP. Toute une stratégie marketing est donc développée pour freiner le désintérêt des jeunes pour les sports d’hiver. Mais, à défaut d’en vouloir faire toujours plus, les stations de ski ne pourraient-elles pas également songer à baisser leurs tarifs, tout simplement ?

Webcam, station de ski Isola 2000 :

spot_img
RELATED ARTICLES
- Advertisment -spot_img

Les plus lus...

Les derniers articles

« Nice and the Fabulous Rio Carnaval » Exhibit Dazzles Viewers with High-End Carnaval Costumes

At Musée Massena, Alain Taillard’s exhibit begins on February 2nd in celebration of the Nice Carnaval’s 150th year anniversary. “It’s happiness. It’s magnificence.” That’s what...

France should fear Putin’s new empire but not his nukes

While Putin receives a warm welcome from France’s former allies in Africa, he’s also causing strife in the Hexagone itself. “Putin is not mad, just...

Précarité étudiante : finir le mois avec « une tomate dans son frigo »

Alors que l’inflation atteint son sommet, les étudiants en payent les conséquences. Loyers, courses, charges… Ces survivants peinent à boucler les fins de mois....